Madeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à AmiensMadeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à Amiens

Madeleine Michelis a laissé son nom au lycée de la rue des Otages à Amiens. C'est ainsi que tous les habitants de la ville la connaissent. Mais 70 ans après son arrestation et sa mort, savent-ils quelle femme remarquable elle fut durant les heures sombres de l'Occupation allemande ?

Pour rendre hommage à son courage, l'association Les Amis du Cloître, présidée par Yakoub Abdellatif, organisait vendredi 14 février 2014 une conférence publique intitulée « Madeleine Michelis, Résistante et Juste parmi les nations ».

Cette soirée en partenariat avec le Courrier Picard, était animée par Pierre Mabire (journaliste et écrivain) en présence de Sylvie Godin (journaliste) et Gabriel Garrau (acteur, metteur en scène de théâtre et auteur de Géographie Française). Frédéric Bureau, directeur de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) de la Somme, représentait l'État.

Madeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à AmiensMadeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à Amiens

Madeleine Michelis a grandi à Neuilly-sur-Seine où elle est née en 1913 d'une mère alsacienne et d'un père d'origine italienne. Artisan-bottier, ce dernier a combattu pendant la Première Guerre mondiale, notamment dans la Somme. C'est un homme de caractère qui n'hésite pas à entrer en conflit avec ses clients pour défendre ses idées. Peut-être sa fille tient-elle de lui son refus de la compromission ?

Madeleine est une élève brillante. Après Hypokhâgne et Khâgne, elle est reçue en 1934 à l'École normale supérieure de Sèvres. Elle devient professeur de Lettres classiques, d'abord au Havre puis à Étretat.

Au cours de la conférence, Sylvie Godin prête sa voix à Madeleine Michelis dont elle lit quelques lettres extraites d'une œuvre épistolaire importante. Le 23 mai 1940, la jeune femme écrit ainsi : "Je n'ai absolument pas peur... Je crois invinciblement à l'avenir de la France... Soyons courageux et pleins d'espoir." Le 9 janvier 1941, elle poursuit : "Nous allons sortir de cet enfer. Quand ? Cela n'a pas d'importance car l'issue est certaine."

Madeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à AmiensMadeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à Amiens

Son espérance, Madeleine la traduit dans les actes et s'engage activement dans la Résistance dès mars 1941, au sein du mouvement Libération-Nord qui organise des évasions de prisonniers. Elle intègre ensuite le réseau Shelburn, branche du Special operations executive (SOE) britannique qui a pour mission de récupérer et de rapatrier en Angleterre les aviateurs alliés dont les appareils ont été abattus dans le ciel français.

Amiens est alors une zone de transit pour les avions qui vont bombarder l'Allemagne. Or, depuis la rentrée 1942, Madeleine Michelis y est professeur au lycée de jeunes filles de la rue des Otages occupé par les Allemands. Elle se consacre à son travail avec passion, toujours au service de ses élèves, soucieuse de leur donner le goût du théâtre qu'elle affectionne.

Madeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à AmiensMadeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à Amiens

Dans ses lettres, elle ne mentionne naturellement jamais son activité clandestine, mais évoque l'état de son pays et les conditions de vie difficiles à Amiens. La ville est alors dévastée comme Pierre Mabire nous offre de le (re)découvrir, photographies d'époque à l'appui.

Madeleine est arrêtée à son domicile du 6 rue Marguerite Hémart-Ferandier (quartier Henriville) le 12 ou le 13 février 1944. Elle est transférée au lycée Montaigne à Paris, où elle raconte, de retour dans sa cellule, avoir subi le supplice de la baignoire d'eau glacée. Les conditions de sa mort, par strangulation, restent non élucidées. Rien ne permet de savoir si elle a été assassinée ou si elle s'est suicidée pour éviter de parler à ses bourreaux...

Madeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à AmiensMadeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à Amiens

Georges-Louis Collet, le premier rédacteur en chef du Courrier Picard qui appartient également au mouvement Libération-Nord, lui rend un hommage poignant dans une lettre adressée à ses parents. Gabriel d'Harcourt, l'actuel directeur du journal quotidien, nous en fait la lecture au cours de la soirée.

Autre moment émouvant : l'intervention de Gabriel Garran, acteur et metteur en scène de théâtre qui vient de publier Géographie française - Un enfant sous l'Occupation (Ed. Flammarion). Né de parents juifs polonais, il raconte dans cet ouvrage les persécutions antisémites dont il fut la victime. Son père est mort à Auschwitz.

Madeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à AmiensMadeleine Michelis, une intellectuelle engagée dans la Résistance à Amiens

La soirée organisée par Les Amis du Cloître fut à la fois instructive et chargée d'émotion. Les lettres de Madeleine Michelis sont de précieux témoignages d'une période ô combien obscure et troublée de notre histoire. Elles mériteraient d'être éditées. Sa personnalité lumineuse et son engagement total au service des valeurs républicaines, de la justice et de la liberté, forcent l'admiration. Il est bon de s'en souvenir et d'en transmettre la mémoire à nos enfants.

 

 

 

 

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0