La descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au CrotoyLa descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au Crotoy

Vendredi 13 février 2015 à la Librairie du Labyrinthe d'Amiens, Philippe Mertz présentait son premier roman, La descente du Laps publié par Les Soleils bleus Éditions (maison amiénoise créée par Philippe Lorenzo en 2008).

Cet ouvrage, situé pour l'essentiel en Baie de Somme, commence en Irak où le narrateur et héros de l'histoire, Gaspard (50 ans) est photographe de guerre. Lorsqu'il se réveille dans sa chambre d'hôtel, des heures après avoir été "plongé dans la nuit" par le souffle d'une explosion, il éprouve le besoin de prendre le large : "En apparence, j'allais bien. Au fond, j'étais émietté. Je voulais partir, m'éloigner de la violence, quelques jours."

 

À son arrivée à Paris, Gaspard s'engouffre dans le taxi d'Yvan qui va devenir son guide. Il veut revoir Le Crotoy. "La décision d'un retour vers cet îlot d'enfance, la petite station balnéaire vibrant du sillage de mes parents, manifeste un élan d'une nature plus puissante." Quel est cet élan auquel le reporter, qui pourtant ne supporte pas "les épanchements nostalgiques", est incapable de résister ?

La descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au CrotoyLa descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au Crotoy

Au Crotoy, Gaspard renoue avec les sensations de sa jeunesse. La présence de la mer ("Quelle que soit la raison qui nous y amène, la mer se place en première intention"), la pension Berthier, le plaisir de jouer au football avec "le chant des mouettes pour hymne national"... Sous "le ciel, d'un bleu intense", les quelques jours de villégiature deviennent des semaines. "Cette ville ne se résume pas au champ de ruines du passé. Elle devient l'espace de tous les possibles, elle est la ville inépuisable où je pourrais finir mes jours et les recommencer indéfiniment."

 

Au cours de son séjour, le photojournaliste fait de nombreuses rencontres. À commencer par celle d'un couple, une soeur et son frère venus au Crotoy pour tenter d'améliorer l'état de Max, le fils de ce dernier, un garçon de huit ans "chétif au masque effrayé".

 

"Quel sortilège a pu mettre l'enfant dans cet état ?" se demande Gaspard qui tisse une relation affective avec la jeune tante, désemparée. Le décès de la mère de Max est-il à la racine de son mal ? Cette femme est-elle seulement morte, d'ailleurs ? Gaspard va mener son enquête : "Cette histoire constitue la trame de mon existence au Crotoy. Pour le reste, je passe mes journées flânant, errant, insouciant, et la vie me regarde à peine."

La descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au CrotoyLa descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au Crotoy

Au fil des pages, le lecteur s'interroge lui aussi. Sous cette "lumière des étés d'enfance" qui rassérène Gaspard, les apparences semblent trompeuses. Le mystérieux Laps (mot issu du latin lapsus : "chute, glissement"), ce "cours d'eau [qui] fonce à la vitesse d'un torrent de haute montagne" existe-t-il vraiment ? Plusieurs habitants évoquent sa descente comme un exploit prodigieux. On dit même que ceux qui en ont vécu l'expérience seraient "incapables d'en témoigner", s'agit-il d'une légende ?

 

Philippe Mertz, qui enseigne les lettres dans un collège de Beauvais, a le talent d'emmener son lecteur dans une aventure hors-norme, jusqu'à lui faire partager les incertitudes du héros : "Que se passe-t-il vraiment ? La réalité se fissure. Il m'est encore impossible de saisir les principes de cette altération." Grâce à son travail d'écriture, La descente du Laps ne s'élucide vraiment que dans les dernières pages. 

La descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au CrotoyLa descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au Crotoy

Ancré dans notre époque, ce premier roman questionne aussi notre perception de la guerre à travers le métier de Gaspard, ses motivations, sa lassitude. "Pourtant, jusqu'au jour de mon arrivée en taxi dans cette baie bouleversante, je n'avais vécu que pour témoigner, pour lutter contre l'indifférence, contre la banalisation des guerres lointaines, contre l'oubli. Et, ce jour-là, plus trace de ces préoccupations, même plus le découragement."

L'auteur nous offre en outre de belles lignes sur Le Crotoy quand "La baie de Somme s'offre. À perte de vue, le jeu simple et complexe du sable et du soleil propose son énigme ; la mer s'y précise comme un mirage." La station balnéaire de Picardie est un personnage à part entière de cette histoire ; ses habitués la découvriront dans La descente du Laps, comme ils ne l'ont jamais vue...

 

 

La descente du Laps de Philippe Mertz : rompre les amarres au Crotoy

37 rue du Hocquet, 80000 Amiens
03 22 92 23 52 - liblab88@free.fr
www.librairiedulabyrinthe.fr

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0