Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?

Lundi 28 septembre 2015, le CRAC (Collectif Régional Arts et Culture Nord-Pas-de-Calais Picardie) invitait à un nouveau rassemblement à la Maison de la Culture d'Amiens, afin de présenter la restitution du travail accompli ces derniers mois, dans la perspective de la fusion des deux régions le 1er janvier 2016.

Le collectif représente une vingtaine de structures (réseaux, associations, syndicats...) ainsi que des artistes indépendants dans les domaines suivants : arts plastiques, cinéma & audiovisuel, livre & lecture, musiques actuelles et spectacle vivant.

Le 16 février 2015, une première journée d'ateliers et de débats rassemblant 300 participants au Théâtre du Nord à Lille, avait permis de créer du lien entre les acteurs culturels de la future grande région, et de nourrir la réflexion sur la manière de co-construire (expression martelée) l'avenir.

Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?

Cette initiative a le mérite de la réflexion et de l'anticipation. Dans les moments décisifs, mieux vaut être force de proposition que de subir le changement. Alors que les modalités d'application et les contours de la réforme territoriale paraissent encore flous, à quelques semaines des élections régionales (6 et 13 décembre 2015), le collectif a tout d'abord procédé à un état des lieux comparé entre les deux régions.

Les politiques culturelles (budget annuel de 42 millions d'euros pour le Nord et de 13 millions pour la Picardie...) sont allées jusqu'ici dans des directions différentes ; le Nord-Pas-de-Calais privilégiant les grands équipements et une vision événementielle liée à son optique d'Eurorégion, et la Picardie s'attachant à développer des projets artistiques dans les territoires ruraux. Deux modèles qui semblent complémentaires et qui doivent désormais se concevoir à l'échelle du nouveau territoire.

Les enjeux sont d'autant plus importants que la future région cumulera des difficultés économiques et sociologiques considérables : taux de chômage supérieur à la moyenne nationale, taux d'illettrisme le plus important de France métropolitaine, PIB par habitant parmi les plus bas du pays. La région Nord-Pas-de-Calais Picardie aura la population la plus jeune, avec le taux de réussite au baccalauréat le plus faible de France... Dans ces conditions, comment ne pas réaffirmer la nécessité de développer l'accès à la culture pour le plus grand nombre ?

Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?

Thierry Ducret, directeur du CR2L Picardie représentant le livre et la lecture au sein du CRAC, a rappelé les profondes mutations de notre société (baisse du nombre de lecteurs) et les difficultés rencontrées par le secteur de l'économie du livre. Pas question de baisser les bras pour autant. Il a d'ailleurs encouragé l'assistance à relire le texte de Victor Hugo Écrit après la visite d'un bagne (1853) : "Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne".

C'est sur la base de leurs échanges intra et interdisciplinaires, que les membres du collectif ont élaboré un livre blanc proposant des mesures concrètes - secteur d'activité par secteur d'activité - pour la mise en oeuvre d'une politique des arts et de la culture qui réponde "aux principes de liberté et de diversité de création, à l'égalité d'accès à la culture et à l'égalité des territoires. Une politique ambitieuse pour la nouvelle grande région".

Lors de la réunion de lundi, les différents intervenants ont fait part de leurs inquiétudes dans un contexte de restrictions budgétaires inédit, et aussi de remise en cause, ici ou là, de la liberté de créer. Personne n'a oublié le coup terrible porté à cette liberté le 7 janvier dernier. "Ce que nous ne voulons pas : des économies d'échelle ; ce que nous voulons : la fertilisation croisée de nos deux régions."

La deuxième partie de la soirée consistait à entendre plusieurs candidats ou leurs représentants aux élections régionales (tous venus de la région Nord-Pas-de-Calais...) sur leur programme en matière de politique culturelle :

  • M. Jacques Vernier représentant M. Xavier Bertrand, candidat Les Républicains.
  • M. Pierre de Saintignon, candidat Parti Socialiste
  • Mme Sandrine Rousseau, candidate Europe Écologie Les Verts
  • M. Fabien Roussel, candidat Parti Communiste
Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?

Le CRAC avait choisi de ne pas inviter Marine Le Pen, candidate du Front national, à participer au débat. Décision justifiée par un "fossé idéologique" évident. Les artistes contemporains considèrent que le dialogue avec le parti d'extrême droite est impossible. Pour autant, cette décision peut s'apparenter à un déni de réalité territoriale alors qu'un récent sondage IFOP pour la Voix du Nord et le Courrier Picard place le Front national en tête des élections régionales.

Un musicien présent dans la salle a manifesté son désaccord avec cette décision d'écarter la candidate frontiste du débat. On peut contester le caractère républicain de ce parti, il n'en reste pas moins qu'à ce jour, il reste légal et éligible. Puisque la culture est, par essence, pensée, débat, réflexion, contradiction, n'aurait-il pas été souhaitable que les participants puissent répondre face-à-face au discours de la candidate ? Ne serait-ce que pour faire objection et présenter leur alternative aux électeurs séduits par ses propos ?

Le risque, en outre, est de lui fournir une occasion de s'estimer muselée par des artistes qui revendiquent leur ouverture. La question restera entière, et ne doit de toute façon pas occulter le bien-fondé de la démarche entreprise par le CRAC. Fabien Roussel a résumé la situation en précisant que ce n'était pas le Front national qui devait être combattu en réalité, mais l'illettrisme.

Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?Quelle politique pour les arts et la culture dans la future grande région ?

La loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) prévoit que l'État et les collectivités territoriales exercent conjointement leurs compétences en matière culturelle. Elle reconnaît de plus les droits culturels qui visent à garantir à chacun la liberté de vivre et développer son identité culturelle, définie comme "l’ensemble des références culturelles par lesquelles une personne, seule ou en commun, se définit, se constitue, communique et entend être reconnue dans sa dignité."

Dans son livre blanc, le CRAC demande un moratoire sur l'année 2016, autrement dit une reconduction des dispositifs et des budgets pour un an, de manière à ne pas fragiliser les structures, et à permettre la mise en oeuvre d'un dialogue constructif entre élus et acteurs culturels. Tous les politiques invités lundi soir ont approuvé ce moratoire.

Reste à savoir comment les choses vont s'articuler après la réforme et si le livre blanc, consensus de la profession qui constitue "un exemple sain et constructif de ce que peut être la démocratie" , servira ou non de fondement à la politique des arts et de la culture de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie.

 

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0