Retour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent HatatRetour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent Hatat

Retour à Reims, la pièce mise en scène par Laurent Hatat d'après l'essai autobiographique de Didier Eribon, poursuit sa tournée dans toute la France après avoir remporté un vif succès au Festival d'Avignon. Publié en 2009 aux éditions Fayard par le sociologue qui enseigne à la faculté de Sciences humaines, sociales et Philosophie de l'Université de Picardie Jules Verne, le livre a beaucoup fait parler de lui. Pour le metteur en scène, "c'est un grand livre. Un livre utile. Un livre dont la lecture vous change. Retour à Reims est un acte de résistance."

Dans cet ouvrage, l'auteur/narrateur revient chez sa mère après trente ans d'absence, au lendemain des funérailles de son père auxquelles il n'a pas assisté. Pourquoi n'est-il pas venu ? Pourquoi n'a-t-il jamais pu aimer cet homme - "Rien ne nous attachait, ne nous rattachait l'un à l'autre" - ? Quel chemin a-t-il emprunté pour en arriver à cette situation dont il ne tire aucune gloire mais qui semblait inévitable ?

Retour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent HatatRetour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent Hatat

La pièce est d'abord un dialogue - ou la tentative d'un dialogue - entre la mère et le fils qui a échappé au déterminisme social en s'extrayant de son milieu d'origine, ouvrier, tout en assumant une homosexualité vilipendée par les siens. Le texte s'organise selon plusieurs registres : tantôt relation de l'un avec l'autre, tantôt monologue intérieur, tantôt analyse partagée avec le public.

Dans une mise en scène dépouillée, le huis-clos entre les deux personnages est saisissant. La distance, le malaise sont palpables, alors même qu'ils sont l'un pour l'autre le sommet de l'intimité humaine : une mère et son enfant. Les corps suggèrent la tension du moment qui se joue, et l'usure de la mère également, ("Un corps d'ouvrière, quand il vieillit, montre à tous les regards ce qu'est la vérité de l'existence des classes") que Sylvie Debrun campe avec force et vérité. Les boîtes en métal, pleines des photographies de la famille, font resurgir le passé et servent de support à leur échange ou à la réflexion du fils sur la destinée sociale à laquelle il a échappé.

Retour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent HatatRetour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent Hatat

Didier Eribon lui-même est l'objet de son analyse sociologique. Son parcours personnel est un terrain expérimental qui lui sert à élaborer des théories. Au-delà même du propos, la démarche est intelligente. Subtil mélange entre une réflexion sur les rapports sociaux, les choix politiques et l'histoire intime, Retour à Reims est le récit édifiant d'un transfuge de classe qui fait figure d'exception dans un système où la règle est plutôt à la reproduction des schémas familiaux. Dans un registre différent, on pense à l'oeuvre d'Annie Ernaux ou au roman d'Édouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule (Ed. du Seuil, 2014) d'ailleurs dédié à Eribon.

Le 23 février 2016, après la représentation de la pièce à la Comédie de Picardie, le public était invité à rencontrer Didier Eribon, Laurent Hatat et les comédiens, Sylvie Debrun et Antoine Mathieu, admirable également dans le rôle du fils. Ce dernier a confié qu'il y avait dans le texte "un obstacle par rapport à la langue qui n'est pas celle de l'émotion. Le travail consistait donc à restituer l'émotion initiale."

Retour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent HatatRetour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent Hatat

"J'ai toujours pensé que l'on ne faisait pas de la théorie ou de la politique sans les émotions" a expliqué Didier Eribon. Il lui a fallu environ deux ans pour reprendre l'écriture du livre commencé juste à la mort de son père : "Mon histoire personnelle me revenait au visage." Ce qu'il a ressenti à ce moment-là ? Du désarroi. "Le retour à Reims n'est pas un parcours aisé" constate-t-il dans son livre.

Pour se construire hors de son milieu, hors des siens et de leurs usages, y avait-il une autre possibilité que la rupture familiale ? Cette rupture n'était-elle pas consommée dès lors qu'il avait pu identifier chez lui une nature profonde, des goûts, des aspirations en total décalage avec ceux de ses proches ? Didier Eribon prend conscience que le rejet de son homosexualité lui a servi de prétexte à s'éloigner. C'est sans doute davantage la honte sociale qui est à l'origine de la terrible rupture.

Retour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent HatatRetour à Reims, l'essai de Didier Eribon mis en scène par Laurent Hatat

Il fallait de l'audace pour porter sur scène un essai de cette nature. Didier Eribon lui-même s'est montré méfiant lorsque Laurent Hatat lui a fait part du projet, il craignait que le pièce ne tourne à la leçon de sociologie. Le metteur en scène explique : "Mon idée était de faire un théâtre de la pensée dans la tradition de Diderot ou Beaumarchais. L'une des fonctions du théâtre est aussi d'être un théâtre de réflexion."

L'intérêt était d'autant plus grand que l'analyse politique contenue dans Retour à Reims, a pris des allures prophétiques avec la montée du Front national dans les couches populaires de la société qui votaient auparavant communiste. Force en tout cas est de constater que Laurent Hatat a réussi son pari. L'essai de Didier Eribon est bel et bien transformé... en objet théâtral.

 

"Ce à quoi l’on a été arraché ou ce à quoi l’on a voulu s’arracher continue d’être partie intégrante de ce que l’on est. [...] le retour dans le milieu d’où l’on vient – et dont on est sorti, dans tous les sens du terme – est toujours un retour sur soi et un retour à soi, des retrouvailles avec un soi-même autant conservé que nié." Retour à Reims (Ed. Fayard, 2009)

 

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0