Guillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent doubleGuillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent double

Après Joë (Ed. Stock), son troisième essai consacré au poète Joë Bousquet en 2014, Guillaume de Fonclare se lance dans l'écriture romanesque et publie Garbo (Ed. Stock), un livre sur l'incroyable trajectoire du plus illustre agent double de la Seconde Guerre mondiale. Comme à son habitude, Guillaume de Fonclare écrit ce livre à la première personne, mais il enfile cette fois le costume de Garbo, inventant une longue lettre adressée par l'espion à son petit-fils Jorge, vers la fin de sa vie.

 

Dans cette confession imaginaire qui repose sur des faits réels, le vieil homme révèle quelle fut son existence avant de devenir libraire à Lagunillas (Venezuela) : "À vrai dire, écrire ce texte n'est pas un plaisir, et les révélations que j'y ferai sont de nature, pour beaucoup d'entre elles, à bouleverser la famille tout en élargissant considérablement l'horizon."

Guillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent doubleGuillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent double

Qui donc est Juan Pujol Garcia, le narrateur de ce roman ? Né en 1912, troisième d'une famille de quatre enfants, il raconte à son petit-fils son enfance à Barcelone, sa "ville de cœur" toujours sous tension, et sa scolarité moyenne chez les Maristes à Mataró, ponctuée par les visites dominicales de son père : "il fut le grand personnage de ma vie, et il continua d'orienter mes choix bien des années après sa mort, par l'exemple de sa tempérance et de son amour de l'humanité. Il est des êtres d'exception qui illuminent une existence, et mon père fut de ceux-là."

 

Après une période de troubles sous la IIe République, les troupes du général Franco renversent le régime socialiste le 18 juillet 1936 et l'Espagne sombre dans la guerre civile. Pacifiste et républicain, las du chaos dans lequel le pays est plongé depuis plusieurs années, Juan avoue être incapable de choisir son camp : "j'étais démocrate, et il était bien difficile à un démocrate de trouver un sens à cette guerre qui s'annonçait terrible, tant étaient profondes les dissensions entre les deux camps. Plus que tout, je ne pouvais imaginer faire de mal à mon prochain."

Guillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent doubleGuillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent double

C'est le refus catégorique d'attenter à la vie d'un autre être humain qui va le guider dans ses choix. Pour autant, il est bien conscient du piège qui vient de se refermer : "en tant qu'Espagnol, je ne pouvais sortir du jeu". Fort de ses études à l'École royale d'aviculture, il se voit confier la gestion d'une ferme agricole de l'Union générale des travailleurs qui soutient les républicains, à vingt kilomètres de la frontière française. Comme fuir est trop risqué, il prend un parti pour le moins étonnant : celui de s'engager aux côtés de l'armée républicaine puis de franchir la ligne de front afin de rejoindre les rangs nationalistes.


"Ce n'était pas faire preuve d'une grande intelligence d'imaginer qu'on me laisserait déserter sans rien dire, et qu'une fois passé à l'ennemi on me permettrait de conduire mes affaires sans avoir à rendre de comptes sur mes anciennes activités ; les obstacles sur le chemin de la liberté étaient bien plus nombreux en procédant de la sorte qu'en restant sagement à élever poules et canards à Sant Joan des Abadesses."

 

Fin août 1938, Pujol met son plan à exécution et passe du côté franquiste où il est enrôlé en tant qu'officier dans les Regulares, "troupes d'origine marocaine [...] qui formaient un corps d'élite au sein des unités nationalistes." Lorsque la guerre civile à laquelle il n'a pu échapper se termine, il est certes du côté des vainqueurs, mais avec du sang sur les mains. "Désormais, quoi que la vie m'apporte, je serais un assassin."

Guillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent doubleGuillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent double

La montée du nazisme et la Seconde Guerre mondiale marquent un nouveau tournant dans la vie de Juan Pujol Garcia : "J'avais là la possibilité de me racheter de mes fautes, et j'avais la ferme intention de combattre avec mes moyens cette peste brune. Mais que faire en Espagne pour aider les Anglais, qui seuls restaient en lice à l'été 1940 ?". Lorsqu'il se rend à Madrid début 1941 afin de proposer ses services à l'Ambassade de Grande-Bretagne, on l'encourage à se tenir éloigné du conflit. Mais l'Espagnol est obstiné : "C'est en me rasant un matin de mars 1941 que germa dans mon esprit l'idée folle qui bouleverserait le cours de ma vie."

 

Pour convaincre les Anglais de son utilité, il va dans un premier temps se faire espion... pour le compte des Allemands. Notre homme parvient d'abord à entrer au service de l'Abwehr, l'organisation qui s'occupe du renseignement de l'état-major allemand, puis après de "longues séances d'interrogatoire", il intègre enfin le MI5, unité de contre-espionnage britannique. Cyril Mills, son chef de service qui est aussi un ardent cinéphile, se charge de lui trouver un nom de code : "En dépit de mes réserves – prendre le nom d'une femme ne m'enchantait guère -, c'est ainsi que je devins « Garbo », le plus grand acteur de tous les temps, le plus extraordinaire espion que la terre ait porté, jouant mon auguste rôle dans le film terrible de la Seconde Guerre mondiale."

Guillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent doubleGuillaume de Fonclare, un premier roman sur Garbo l'agent double

Guillaume de Fonclare décrit avec son talent et sa précision habituels comment Garbo s'emploie à tromper l'ennemi allemand pendant plus de trois ans, faisant vivre dans ses rapports un réseau fictif de vingt-quatre espions censés le renseigner sur l'activité des alliés. La psychologie du personnage est fascinante, de même que sa capacité à inventer des histoires qui joueront un rôle important dans l'issue du conflit. Il participe en effet à l'opération "Fortitude" qui vise à détourner l'attention des Allemands en leur faisant croire que le débarquement à venir aura lieu dans le Pas-de-Calais, et non en Normandie.

Au sortir de la guerre, Garbo est amené à faire d'autres choix radicaux qui concernent sa vie personnelle. Cet homme fut-il un vrai héros ? S'est-il simplement laissé emporter par les circonstances et "le grand maelström de la guerre", secondé par une imagination prodigieuse et un goût certain pour le mensonge ? Même si Guillaume de Fonclare nous donne des éléments de réponse, Juan Pujol Garcia reste, à bien des égards, un personnage mystérieux. Son parcours extraordinaire fait, en tout cas, un magnifique sujet de (premier) roman.

"Il n'est pas simple de décider, Jorge, tu le sais bien, et il faut obéir aux conséquences de ses choix"

 

Les photographies de cet article ont été prises jeudi 4 mai 2017 à la Comédie de Picardie lors de la lecture-rencontre autour de Joë (Ed. Stock) avec Guillaume de Fonclare et les élèves de Première L du Lycée Madeleine Michelis d'Amiens, dans le cadre des parcours découverte "de l’auteur au lecteur" coordonnés par le CR2L.

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0