Dans le cadre des 1ers Rendez-vous Lecture en Picardie organisés par le CR2L -et qui ont pour thème cette année : ROUGE- la Compagnie Arbrahom a proposé samedi 29 octobre une lecture à deux voix de Rouge, c'est la vie (roman de Thierry Jonquet) au public de la bibliothèque Edouard David, quartier Etouvie à Amiens.

-2--copie-1.JPG

Jean-Philippe De Oliveira (comédien et responsable artistique de la Compagnie) explique en préambule que le roman de Thierry Jonquet, largement autobiographique, s'inscrit dans l'Histoire des années 70. Une période qu'il a traversée en tant que militant d'extrême gauche.  

Rouge, c'est la vie est le roman d'une époque, mais aussi celui d'une relation amoureuse entre deux jeunes adultes. Ils n'ont a priori rien en commun et n'auraient même jamais dû se rencontrer. C'est sur cet aspect, plus que sur les péripéties historiques, que les comédiens ont choisi de s'attarder. Deux personnages : Léa (Elsa Casado) et Victor (Jean-Philippe De Oliveira) prennent donc vie devant nous. Nous sommes en 1973. En fond musical, le duo Simon and Garfunkel et The Souds of Silence

 

 

(1)

 

Léa est sioniste. Elle tente l'expérience du kibboutz en Césarée, elle apprend l'Hébreu et élève des dindons. Elle va en revenir, déçue. Victor est trotskiste convaincu et ne craint pas de faire le coup de poing dans les manifs.

Un accident de camion plus tard, leurs études d'ergothérapie vont les conduire sur les bancs de la même Faculté. Il lit Rouge, l'hebdomadaire de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Elle se penche sur lui, ne dit rien d'autre que "Rouge ?"... mais n'en pense pas moins. Ils ne sont pas faits pour s'aimer. Et pourtant, un monsieur Hasard et ses services en ont décidé autrement. Léa aime Victor et Victor aime Léa.

Thierry Jonquet, enfant de Mai 68, réveille avec ce roman une époque dont on sent qu'elle lui reste chère. Il rend hommage à cette relation amoureuse, puis conjugale, qui durera encore vingt ans plus tard. Sur l'engagement politique, on ne sent pas de regrets mais une certaine amertume. Le temps a passé par là, avec son lot de promesses non tenues et de désillusions. Thierry Jonquet et sa femme ont deux enfants, Elsa et David. Ils sont «persuadés que leur avenir sera difficile et qu'ils devront batailler, bien plus fort que leurs parents ne l'ont fait, pour conquérir leur petite part de bonheur»...

 

(3)

Les comédiens de la Compagnie Arbrahom ont proposé une lecture enthousiaste et généreuse du roman de Jonquet devant un public attentif et resserré autour d'eux. C'est le rappel que si l'acte de lecture peut être intime, personnel et silencieux, il doit aussi de temps en temps, prendre chair et devenir partage.

 

Rouge c'est la vie

"Incapable de dissocier culture et citoyenneté, la compagnie Arbrahom possède deux axes de travail : la création et la diffusion de spectacles et la sensibilisation au théâtre au travers d'actions culturelles."

Compagnie Arbrahom (anciennement Les Valeureux)
Mairie, Place de la République - 80480 Saleux
03.22.42.79.96 - compagnie@arbrahom.fr


Cliquez ICI pour accéder à la page Facebook de la Compagnie

 

 

Thierry Jonquet Thierry Jonquet est décédé en 2009 à l'âge de 55 ans. Il était une figure du nouveau polar français. Il avait milité au sein de Lutte ouvrière, puis de la LCR notamment. La violence sociale était l'un de ses thèmes de prédilection.

"Depuis quinze ans j'écris des romans noirs. Des intrigues où la haine, le désespoir se taillent la part du lion et n'en finissent plus de broyer de pauvres personnages auxquels je n'accorde aucune chance de salut. Chacun s'amuse comme il peut. J'ai eu envie de rompre avec l'habitude, de m'octroyer un moment de répit. [...] Et surtout de raconter une histoire d'amour. La mienne" (Thierry Jonquet - Rouge, c'est la vie 1998)

Cliquez ICI pour accéder au Site Internet de Thierry Jonquet

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0