Erik Orsenna et La fabrique des mots

L'écrivain et académicien Érik Orsenna était l'invité de la librairie Martelle et de France Business School mardi 28 mai 2013 à Amiens, à l'occasion de la sortie de La Fabrique des mots (Ed. Stock). Il s'agit du dernier opus de sa série de contes consacrés à la grammaire, qui a conquis pas moins d'un million de lecteurs depuis 2001 !

On y retrouve Jeanne, l'héroïne et narratrice que l'on a vue grandir sur l'archipel des Mots. Elle doit cette fois affronter le dictateur Nécrole qui a décidé de priver de vocabulaire son peuple trop bavard. Car "les mots sont la diversité, le moyen de rêver, débattre, contester, nous dit l'auteur. Le rêve du dictateur est que les gens ne disposent plus que d'un seul mot : oui." Il ne devra rester que 12 verbes sur l'île : ceux qui donnent le sens du travail...

Erik Orsenna et La fabrique des mots

Lors de la rencontre animée par Anne Martelle, Érik Orsenna explique qu'il a trois manières d'écrire bien distinctes et qu'avec chacune, il ne "pêche pas les mêmes poissons". Le reportage tout d'abord, lorsqu'il évoque la mondialisation au fil d'essais sur des thèmes tels que l'eau ou le coton. Le roman, lorsqu'il s'attache à décrire des "réalités incertaines". Et le conte, dans ses ouvrages sur la langue française, parce qu'il s'agit d'un genre "hors du temps et de l'espace, qui permet plusieurs niveaux de lecture".

L'académicien rappelle que La grammaire est une chanson douce (Ed. Stock) fut d'abord lu par des grands-parents désemparés face aux questions posées en classe à leurs petits-enfants. Dès ce premier livre, Erik Orsenna entrait en lutte contre les méthodes des didacticiens dont il dénonce le "jargon ni pertinent ni utile qui contribue à l'assèchement de la langue française".

Erik Orsenna et La fabrique des motsErik Orsenna et La fabrique des mots

Il n'a de cesse, depuis, de clamer son amour pour cette langue qu'il faut faire vivre : "c'est notre affaire commune, notre res publica !" s'enflamme-t-il. Il s'amuse ainsi des expressions imagées comme ce "boîte de six" qui désigne un fourgon de police en langage des cités, allusion aux nuggets, petits beignets de poulet rangés par six ! De même, il se dit séduit par le mot-valise "adulescent" évoquant à merveille les adultes refusant de vieillir.

"La plongée dans les mots est à la fois source d'amusement et source d'invention de soi-même", selon Érik Orsenna. Le plus grand péril qui menace notre langue aujourd'hui ? "Ne pas oser dire. Employer par exemple, le mot "malvoyant" pour désigner une personne qui ne voit pas. Il faut nommer. La langue doit montrer et dire, c'est son métier."

Erik Orsenna et La fabrique des motsErik Orsenna et La fabrique des mots

Érik Orsenna a pris tout son temps pour échanger dans la bonne humeur avec un public très intéressé. Entre anecdotes savoureuses et considérations plus graves, l'académicien a une nouvelle fois prouvé sa grande curiosité (du latin cura, qui désigne le soin ou l'intérêt porté aux choses) et son aptitude joyeuse au partage des connaissances.

Quand tu inventes un mot, tu éclaires ce qui était dans le noir. Tu précises ce qui était confus. Tu sépares ce qui était mélangé. Tu fais naître quelque chose qui n'existait pas.

La fabrique des mots - Érik Orsenna

Illustrations © Camille Chevrillon

Illustrations © Camille Chevrillon

Cliquez ICI pour voir dans l'émission Des Livres et Nous, l'entretien de 2009 avec Érik Orsenna sur Et si on dansait ? (Ed. Stock).

 

 

Erik Orsenna et La fabrique des mots

3 rue des Vergeaux - 80000 Amiens
03 22 71 54 54
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h sans interruption
Site Internet de vente en ligne : www.librairiemartelle.com

Erik Orsenna et La fabrique des mots

18, place Saint Michel - 80000 Amiens
03 22 82 23 00
www.france-bs.com

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0