Le Musée de la Vie romantique à Paris

Situé au cœur de Pigalle, le musée de la Vie romantique est un havre de verdure et de paix improbable, qui porte bien son nom. C'est en juillet 1830 que le peintre d'origine hollandaise Ary Scheffer s'établit dans cette demeure typique de la Restauration, dans le quartier de La Nouvelle Athènes, lotissement créé sur les pentes du quartier Saint-Georges. Il est alors un artiste recherché.

Il fait construire deux ateliers de chaque côté de la cour, dont l'un devient un Salon qui reçoit le Tout-Paris artistique et littéraire de l'époque : Eugène Delacroix, George Sand et son amant Frédéric Chopin, Franz Liszt, Gioachino Rossini, Ivan Tourgueniev, Charles Dickens... Dans l'atelier de travail d'Ary Scheffer, son frère Henry et Théodore Rousseau peignent également.

Le Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à Paris

Cornélia Scheffer-Marjolin, la fille d'Ary, achète à la mort de son père la propriété qu'il louait depuis trente ans. Celle-ci est ensuite transmise à Noémi Renan-Psichari, petite-nièce du peintre et fille de l'écrivain Ernest Renan (1823-1892). La maison continue à recevoir des personnalités célèbres : Anatole France, Puvis de Chavannes, André Malraux... Vendue à l'État, elle devient musée en 1982.

Le premier étage est consacré à l’œuvre d'Ary Scheffer et à d'autres pièces de l'époque romantique. Les souvenirs, bijoux, meubles et portraits de George Sand (1804-1876), légués à la Ville de Paris en 1923 par sa petite-fille, prennent place au rez-de-chaussée.

Le Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à Paris

L'univers d'Aurore Dupin, écrivain qui adopte le pseudonyme de George Sand dès 1829, est reconstitué à travers 170 oeuvres provenant de sa propriété de Nohant (Indre). Plusieurs vitrines exposent ses lettres, bijoux et objets personnels. Et même des moulages en plâtre de son bras et de la main de Chopin.

Dans Le petit Salon bleu, on découvre des aquarelles et dendrites (technique qui consiste à retoucher au pinceau ou à la plume une forme abstraite obtenue par pliage de taches d’encre projetées sur papier) de l'écrivain qui songea d'abord à devenir peintre.

L'entrée des expositions permanentes du musée est gratuite. Les deux ateliers de la cour accueillent régulièrement des expositions temporaires. Au fond du jardin, la serre de l'Hôtel Scheffer-Renan abrite un salon de thé, dont la terrasse ombragée offre une halte exquise, à l'écart du tumulte parisien.

Le Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à Paris

   Un détour par Majorque

Le Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à ParisLe Musée de la Vie romantique à Paris

Pendant l'hiver 1838-1839, George Sand et Chopin séjournent à Valldemossa, petit village perché à l'ouest de la grande île des Baléares. Ils sont hébergés dans la Chartreuse, son monastère. L'écrivain en fera le récit dans Un hiver à Majorque (1842).

"Majorque est pour les peintres un des plus beaux pays de la terre et un des plus ignorés. Là où il n’y a que la beauté pittoresque à décrire, l’expression littéraire est si pauvre et si insuffisante, que je ne songeai même pas à m’en charger. Il faut le crayon et le burin du dessinateur pour révéler les grandeurs et les grâces de la nature aux amateurs de voyages."

Le Musée de la Vie romantique à Paris

Hôtel Scheffer-Renan
16 rue Chaptal - 75009 Paris
Tél : 01 55 31 95 67

Site Internet

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0