© Ludovic Leleu© Ludovic Leleu

© Ludovic Leleu

Après les Dialogues d'exilés de Bertolt Brecht, la Compagnie du Berger met le cap au sud avec On ne paie pas ! On ne paie pas ! de l'Italien Dario Fo, actuellement sur la scène de la Comédie de Picardie à Amiens.

Cette pièce - également intitulée Faut pas payer - a été écrite en 1974 dans une Italie en crise. Inspirée d'un fait divers réel, elle nous entraîne dans la vie d'Antonia et Margherita, deux femmes d'ouvriers milanaises en proie à la misère.

La première vient de s'associer à un mouvement de révolte des femmes du quartier qui n'arrivent plus à se nourrir à des prix abordables. L'inflation fait rage, les factures s'accumulent, elles ont décidé de payer leurs courses "au juste prix"... voire d'emporter la marchandise sans passer par la caisse du supermarché.

Les forces de l'ordre quadrillent le secteur... et Antonia est mariée à un syndicaliste qui respecte scrupuleusement la loi. Pour ne pas éveiller ses soupçons, elle cache les vivres sous un matelas et sous les vêtements de son amie Margherita... qui a soudain l'air très enceinte.

© Ludovic Leleu© Ludovic Leleu

© Ludovic Leleu

La pièce est lancée "sur les chapeaux de roue". De mensonges en quiproquos, les rebondissements et scènes ubuesques s'enchaînent à un rythme effréné. Une foule de détails, dans le jeu des acteurs ou les choix de mise en scène, accentuent l'effet comique. Les comédiens s'en donnent à cœur joie, la salle est hilare : la farce triomphe.

La mise en scène d'Olivier Mellor nous transporte dans la promiscuité d'un quartier italien où tous les voisins se connaissent et partagent la même vie rude. L'Italie en crise des années 70 est facilement transposable de nos jours, où les mêmes difficultés s'accumulent : les prix en hausse depuis l'Euro, les usines qui ferment ou se délocalisent, le chômage et la précarité...

Une grande partie de la population est laissée sur le bord de la route et ne sait plus quel chemin emprunter pour s'en sortir. La voie légaliste et la revendication pacifique, comme Giovanni ? Ou bien la révolte et la désobéissance civile, comme Luigi et Antonia ? Quels sont les combats à mener aujourd'hui, pour plus de justice et d'humanité ?

© Ludovic Leleu© Ludovic Leleu

© Ludovic Leleu

Dario fo engage une réflexion sérieuse sans jamais renoncer à divertir. La toile de fond est tragique, mais c'est la fantaisie qui domine. Le dramaturge a été en 1997, le premier homme de théâtre à recevoir le Prix Nobel de littérature "pour avoir fustigé le pouvoir et restauré la dignité des humiliés". Né en 1926 d'un père cheminot, c'est un saltimbanque profondément engagé dans les luttes sociales et politiques de son pays. Toujours insoumis, il a choisi le rire comme instrument de révolte :

"À propos du fait de plaisanter sur des choses très sérieuses, dramatiques ; ce que nous voulions, c’est faire comprendre que c’est [le rire] qui permet et qui permettait (car c’est bien dans la tradition du jongleur) à l’acteur du peuple de toucher les consciences, d’y laisser quelque chose d’amer et de brûlant… Si je me contentais de raconter les ennuis des gens sur le mode tragique, en me plaçant d’un point de vue rhétorique, ou mélancolique, ou dramatique, j’amènerais les spectateurs à s’indigner, un point c’est tout ; et tout cela glisserait sur eux, immanquablement [..] il n’en resterait rien." (Dario Fo - Mystère Bouffe, 1969)

En ces temps de morosité économique (et météorologique), un petit détour par l'Italie de Dario Fo - qui prend le parti de rire des difficultés pour les dénoncer avec force - est jubilatoire. Le spectacle est en outre introduit, et animé, par le groupe CANI DELLA ROMPO qui reprend en live des standards italiens (Cf. Sara perche ti amo). Une raison supplémentaire de faire le voyage...

 

© Ludovic Leleu© Ludovic Leleu

© Ludovic Leleu

Dernières représentations à la Comédie de Picardie (Amiens) :

  • Mardi 21 mai 2013 à 20h30

  • Mercredi 22 mai 2013 à 19h30 (rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de le représentation)

  • Jeudi 23 mai 2013 à 20h30

Cliquez ICI pour accéder aux dates de la tournée 2013

 
 
On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo par la Compagnie du Berger
ON NE PAIE PAS ! ON NE PAIE PAS ! de Dario Fo
Mise en scène : Olivier Mellor
Avec
Marie Laure Boggio : Antonia
Mylène Gueriot : Margherita
Stéphane Piasentin : brigadiers, croque-mort, vieux, banquier
Rémi Pous : Giovanni
Vincent Tepernowski : Luigi

On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo par la Compagnie du Berger

COMPAGNIE DU BERGER
Siège social :
57 rue du Paraclet
80000 Amiens
06 32 62 97 72
Courriel : compagnie@compagnieduberger.fr
Site : www.compagnieduberger.fr

On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo par la Compagnie du Berger

62 rue des Jacobins - 80000 AMIENS
Rés : 03 22 22 20 20 - Admin : 03 22 22 20 28
Billeterie mardi au vendredi : 13h - 19h - Sam : 13h - 18h
www.comdepic.com

Tag(s) : #Coups de coeur et curiosités

Partager cet article

Repost 0